N'imprimez qu'en cas de nécessité et ayez le réflexe du recto-verso, quelque part un arbre vous en sera reconnaissant.

Pages

RECHERCHER DANS CE BLOG

>

mercredi 26 juillet 2017

Manger sain ...attention l'exces en tout nuit ..!

Manger "sain" à s'en rendre malade  AFP / 26 juillet 2017 08h31

            
La suspicion envers le monde agroalimentaire a popularisé les régimes "sans" (végétariens, vegan, crudivores...) comme les garants d'un équilibre alimentaire sain.


Mais ces pratiques peuvent virer à l'obsession, jusqu'à l' orthorexie.



- 'Soupçon d'empoisonnement' -

Après le "traumatisme" de la crise de la vache folle aux débuts des années 90 puis celle de la viande de cheval en 2013,on n'a jamais eu aussi peur de ce qu'on mange.

Sabrina Debusquat qui a été orthorexique pendant un an et demi a publié un livre sur le sujet ("Métro, Boulot... Bonheur !", Edition Ca se saurait).

Cette Française de 29 ans a développé son syndrome à la suite d'allergies de la peau provoquées par des cosmétiques: de clic en clic, elle tombe sur des sites fustigeant l'alimentation industrielle.

"Toutes ces informations ont généré chez moi une angoisse énorme. C'est une réaction extrême à une malbouffe extrême", résume-t-elle.

M. Denoux définit trois grands systèmes alimentaires: le traditionnel de "notre grand-mère", l'industriel qui "remplit notre estomac" et le sanitaire qui voit "la nourriture comme médicament".

"L'orthorexique n'arrive pas à combiner ces systèmes, simplifie en se réfugiant dans la santé", et en excluant des aliments.

En un an et demi, Sabrina Debusquat est devenue végétarienne, puis vegan (refus de manger toute protéine animale), puis crudivore et frugivore (alimentation à base de fruits).

"Je voulais atteindre un état de pureté", justifie-t-elle.

Elle stocke les produits qu'elle juge "sains", les pèse et prend leur température, tout en critiquant ses proches qui ne suivent pas le même régime. Elle perd ses cheveux, sans s'en inquiéter.

- Manque de Vitamine B12  -

Seul l'énervement inhabituel de son compagnon lui permet de se rendre compte de son état obsessionnel. "Mon corps avait fini par tyranniser mon esprit." Elle décide de s'en sortir et sort acheter de la Vitamine B12.



Obtenue par extraction animale, cet élément sert essentiellement à la fabrication des globules rouges.

C'est cette même Vitamine B12 dont manquait une patiente de Sophie Ortega, médecin nutritionniste à Paris: "Elle commençait à devenir aveugle par carence en Vitamine B12".
"Vegan pure et dure", cette patiente refuse d'en avaler. "C'était comme si elle préférait perdre la vue" que "de trahir son engagement envers les animaux", s'inquiète son médecin.

Praticienne depuis 25 ans, Sophie Ortega souligne la perte actuelle de repères chez ses patients.

"Cela devient un casse-tête de remplir son chariot de supermarché et d'équilibrer ses menus. Il y a maintenant des aliments présentés comme des médicaments; on se dit que ça ne peut qu'être meilleur."

Mais cette médecin insiste: "la bonne alimentation inclut le végétal et l'animal", autorise "la spontanéité" et... "le plaisir".

La Vitamine B12 élément essentiel au fonctionnement de notre organisme ne peut être trouvée que dans des produits animaux ou à minima dans de la levure maltée.

On a longtemps cru, et certains le croient encore, que certains végétaux comme la spiruline ou le tempeh contenaient de la Vitamine B1212. En réalité il s’agit de molécules analogues inactives, qui n’ont pas d’activité vitaminique chez les humains.

Il est donc essentiel pour les ceux ne voulant pas consommer de produits animaux de prendre au moins des produits laitiers ou des œufs.

mardi 26 mai 2015

Les problèmes liés aux vaccins, qui protègent de maladies gravissimes, sont rares !


Le démonte rumeur 





Vaccin DT-Polio : pourquoi il ne faut pas signer la pétition du professeur Joyeux

Julie Boulier et Louise Cluny, Rougeole Epidémiologie

La pétition, qui dénonce « un scandale d’Etat », a recueilli plus de 350 000 signatures. Des chaînes d’e-mails se la transmettent. Elles invoquent « l’urgence » et la nécessité de briser « la loi du silence ». Ce qui est en jeu ? « La santé de nos enfants. » Evidemment, on regarde.
Dans le rôle du lanceur d’alerte, un vieux monsieur au sourire bienveillant, le professeur Henri Joyeux, longtemps président de l’ultraconservatrice association Familles de France. Il interroge :
« Que feriez-vous si vous deviez vacciner votre bébé pour le protéger contre de graves maladies mais que le vaccin normal, efficace et sûr, n’était plus disponible, et que le seul produit en vente était un prétendu “super vaccin”, pas assez testé et contenant des additifs neurotoxiques et peut-être cancérogènes ? »
L’appel du professeur Joyeux est hébergé sur le site de l’Institut pour la protection de la santé naturelle, une officine belge régulièrement suspectée d’être un repaire de charlatans, ainsi qu’un vaste aspirateur de données personnelles – celles des pétitionnaires, vite transformés en clients potentiels pour la vente en ligne de thérapies alternatives.
Cette pétition, qui cherche à apeurer les parents pour les faire basculer dans le camp des « antivax » (les opposants à la vaccination), a fait l’objet d’un remarquable travail de décryptage. Des auteures de ce texte, nous ne dirons rien, pour les protéger, mis à part qu’elles tiennent le Blog Rougeole Epidémiologie sous les pseudonymes de Julie Boulier et Louise Cluny. Nous reprenons ici leur travail avec leur aimable autorisation. Mathieu Deslandes
Après une première collaboration pour une pétition contre la vaccination HPV (le papillomavirus humain), le professeur Joyeux et l’IPSN s’unissent à nouveau pour faire le buzz. La nouvelle pétition s’intitule « Pénurie de vaccins : on se moque de vous ! ».

Et de la même façon qu’on ne change pas une équipe qui gagne, on ne change pas de stratégie non plus.
C’est ainsi que le texte de la nouvelle pétition est un savant mélange de vrai et de faux, pouvant induire les parents en erreur.
L’avantage des lanceurs de pseudo-alertes, c’est que s’il leur faut peu de temps et de mots pour énoncer une contre-vérité, il faut plus d’énergie pour la démonter. Et quand les contre-vérités sont énoncées en masse, la tâche devient compliquée. Mais nous avons décidé de relever le défi !


L’argument d’autorité

Le professeur Joyeux se prévaut de ses titres de chirurgien et de cancérologue. Rappelons qu’un cancérologue n’est ni vaccinologue, ni épidémiologiste.
De plus, se prévaloir de ses titres pour tirer à boulets rouges dans le consensus scientifique ne dispense pas d’avoir à fournir une argumentation rationnelle. L’argument d’autorité tombe donc un peu à plat.


Obligations vaccinales et pénurie

Sur la forme, le professeur Joyeux plante le décor de façon très anxiogène. Il utilise des mots chocs pour effrayer les parents qui cherchent une information (« cauchemars, neurotoxiques, tempête du système immunitaire, produits toxiques, cancérigènes... »).
Sur le fond, cela fait en effet un moment (depuis 2008) que le vaccin trivalent DTP (diphtérie-tétanos-polio) pour la primo-vaccination n’est plus produit pour le marché français (à cause d’une augmentation importante du nombre de manifestations allergiques). Ce n’est donc pas une nouveauté. Mais c’est un sujet que les « antivax » [les militants antivaccination, ndlr] aiment remuer, et ils profitent des toutes récentes difficultés d’approvisionnement sur les vaccins anti-coqueluche pour remettre le couvert.
Les parents, pour respecter l’obligation vaccinale en France (diphtérie-tétanos d’une part, et polio de l’autre), doivent se tourner vers un vaccin :
  • tétravalent (diphtérie-tétanos-polio-coqueluche),
  • pentavalent (diphtérie-tétanos-polio-coqueluche-hæmophilus influenzae de type B),
  • hexavalent (diphtérie-tétanos-polio-coqueluche-hæmophilus influenzae de type B-hépatite B),
  • ou commander le kit DT-vax + imovax polio.
Actuellement, il y a pénurie des vaccins Tetra et Penta, à cause d’une augmentation de la demande mondiale en vaccin anti-coqueluche. Le DT-vax est aussi en rupture de stock depuis le début de l’année, mais une solution de remplacement est prévue. Il est donc toujours possible pour les parents de satisfaire seulement aux obligations vaccinales.
Et vous savez quoi ? Le kit DT-vax + imovax polio est gratuit ! Le kit DTVax+imovax polio est en effet mis à la disposition des parents dont les enfants ont une contre-indication à la vaccination contre la coqueluche ou qui ne souhaitent pas vacciner avec des valences non obligatoires pour des raisons de convenance personnelle. Le médecin doit alors passer une commande au laboratoire Sanofi Pasteur MSD, qui livre le kit dans une pharmacie où les parents peuvent le retirer.
Alors parler de vente forcée comme le fait le professeur Joyeux, c’est cocasse.


Vaccins combinés

Un vaccin combiné/multivalent est considéré comme un médicament unique et étudié comme tel (essayez une recherche sur Pubmed, le moteur de recherches des publications médicales, pour vous en convaincre). Dire qu’ils ne sont pas assez testés, en comparaison de vaccins « seulement » trivalents, est donc une contre-vérité.
Et ce que le professeur Joyeux appelle des additifs neurotoxiques ou cancérigènes peuvent tout à fait se retrouver dans des vaccins monovalents (essayez cette notice par exemple, où on trouve du formaldéhyde dans un vaccin monovalent contre la polio).
Les vaccins combinés présentent par ailleurs des avantages pratiques en comparaison des vaccins individuels. Par exemple, ils nécessitent moins de piqûres pour l’enfant, moins de rendez-vous chez le pédiatre.
Enfin, il est amusant de noter que cette pétition ne demande « que » le retour d’un vaccin trivalent, et non directement la mise sur le marché de trois vaccins monovalents à administrer séparément. Où est donc la logique ?


Des additifs neurotoxiques ou cancérigènes ?

Le professeur Joyeux parle de l’hydroxyde d’aluminium, qui causerait une maladie invalidante appelée myofasciite à macrophages.
Rappelons que cet « additif » est nécessaire en tant qu’adjuvant dans certains vaccins. En 2013, le Haut conseil de la santé publique (HCSP) a rédigé un rapport qui faisait le point sur la prétendue dangerosité de cet adjuvant. L’Organisation mondiale de la santé est également d’avis qu’il s’agit non pas d’une tempête du système immunitaire, mais d’une tempête dans un verre d’eau.
Nous ne nions pas les troubles et les souffrances rencontrées par les gens qui pensent être victimes de l’aluminium présent dans les vaccins, mais il faut bien admettre que l’origine de leur état n’est pas encore établie.
Le professeur Joyeux parle aussi du formaldéhyde. Le formaldéhyde sert à inactiver certains vaccins. Les quantités en jeu, la fréquence et le mode d’administration des vaccins sont tels qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter. En effet, le formaldéhyde est cancérigène dans un contexte d’expositions respiratoires ou cutanées fréquentes dans un cadre professionnel. On est très loin des vaccins !
De plus, le corps humain produit lui-même du formaldéhyde et élimine très rapidement tout excédent. Nous en mangeons d’ailleurs quotidiennement avec nos fruits et légumes sans que personne ne s’en émeuve.
Bref, on n’empoisonne pas ses enfants en les vaccinant !


Pourquoi vacciner les enfants dès 2 mois contre l’hépatite B ?

Le professeur Joyeux dit qu’il est absurde de vacciner des bébés de 2 mois contre l’hépatite B car c’est « une maladie sexuellement transmissible qui ne concerne pas les bébés ».
C’est oublier les autres voies de transmission de cette maladie (petites plaies, morsures, égratignures...) et le risque plus grand chez un bébé qui contracte l’hépatite B de voir l’infection devenir chronique.
Le prétendu lien entre la vaccination hépatite B et la sclérose en plaques est encore agité comme un chiffon rouge par le professeur Joyeux. Pourtant le consensus sur la question est clair : pas de lien !


A qui profite l’infanrix hexa ?

Pour le professeur Joyeux, c’est une « histoire de gros sous »... Pourtant, les premiers à profiter de l’infanrix hexa, ce sont les bébés qui seront protégés contre plus de maladies évitables : la coqueluche qui fait plusieurs victimes chaque année en France, l’hépatite B et l’haemophilus influenzae qui est une cause importante de méningites.


Les époux Larère, ces martyrs de la cause !

Il présente ce couple comme de pauvres parents qui se sont fait taper sur les doigts par les autorités, alors qu’ils attendaient patiemment le retour d’un DTP en pharmacie pour vacciner leurs enfants selon les obligations, sans valences supplémentaires.
C’est étrange, car ils ont en fait refusé d’utiliser le Kit Dtvax + imovax Polio en usant des mêmes contre-vérités que le professeur Joyeux sur les prétendus additifs nocifs ! Bref, ce n’est pas la faute des autorités. Ce sont bien les parents qui, influencés par les figures de proue des mouvements antivax, ont pris une décision contraire aux lois.


La question des indemnités

S’il est vrai que les modalités d’indemnisation en cas d’effets secondaires sont différentes selon que la vaccination est obligatoire ou recommandée, on ne peut pas prétendre, comme le fait le professeur Joyeux, que les vaccinations recommandées sont faites « aux risques et périls » des parents.
Pour les vaccinations recommandées, il faut s’adresser à la Commission régionale de conciliation et d’indemnisation des accidents médicaux (CRCI), qui désignera un expert statuant sur l’imputabilité de la vaccination. En cas de réponse positive, une indemnisation est proposée.
Par ailleurs, cette différence de traitement entre les vaccinations obligatoires et recommandées n’est pas du goût du HCSP. Mais ce genre de décision ne relève pas du HCSP. Il faudrait une volonté politique pour changer cela. En voilà un sujet de pétition qui serait plus noble et ne nécessiterait pas de proférer des mensonges médico-scientifiques !


En conclusion

L’argumentation pour cette pétition repose sur des informations incomplètes, qui amènent à tirer de mauvaises conclusions et donc à prendre de mauvaises décisions, alors que les problèmes liés aux vaccins sont rares.
Elle joue sur vos sentiments, vos émotions, votre envie légitime d’avoir ce qu’il y a de mieux pour vos enfants.

 Ne vous laissez pas avoir !

lundi 16 mars 2015

lundi 15 décembre 2014

Grippe : Vaccin mal ciblé pour la saison 2014/2015

Pharmacorama Selon des annonces du CDC, Centers for Disease Control, du  3 et 4 décembre 2014, texte 1 et texte2, la composition, les antigènes, du vaccin antigrippal pour la saison 2014-2015 ne correspondent pas bien aux antigènes des virus responsables de l’épidémie de grippe qui s’annonce .



La vaccination sera donc moins efficace que par le passé.


Le CDC conseille cependant la vaccination antigrippale et le recours à l’oseltamivir, Tamiflu.

jeudi 9 octobre 2014

EBOLA:ce virus qui paralyse l'économie de l'Afrique de l'Ouest fait courir le risque de propagation épidémique à d'autres pays africains et à d'autres continents.

Ebola : est-il déjà trop tard ?
Neuf mois après l'apparition des premiers cas d'Ebola en Guinée dans le district de Guéckédou, l'équipe de l'OMS en charge de l'épidémie en Afrique de l'Ouest fait le point dans le New England Journalof Medicine sur l'état actuel de la transmission de la maladie et surtout sur ses perspectives d'évolution à court et moyen terme.
Au 14 septembre 2014, on dénombrait 4 507 cas probables ou confirmés et 2 296 morts se répartissant essentiellement en Guinée, Sierra Leone et Libéria, le Nigéria ne comptant à cette date que très peu de cas et le Sénégal un seul.
Ces statistiques, basées sur les infections notifiées aux autorités des différents pays et centralisées par l'OMS, ne sont naturellement pas exhaustives puisque l'on sait que de nombreux patients ne sont pas identifiés, soit parce qu'ils ne sont pas hospitalisés soit parce qu'ils décèdent loin de tout centre de traitement.
L'étude épidémiologique détaillée de l'équipe de l'OMS a été fondée sur 3 343 cas confirmés et 667 cas probables.
Sur cette base, de nombreuses données déjà connues depuis les précédentes épidémies d'Afrique centrale ont pu être confirmées ou précisées : Cinq souches différentes ont été identifiées (Zaïre, Soudan, Bundibugyo, Reston, Forêt de Taï), dont trois particulièrement redoutables avec des taux de mortalité pouvant atteindre 90% chez l'homme.




Les rituels funéraires, au cours desquels parents et amis sont en contact direct avec le corps du défunt, jouent un rôle important dans la transmission.
La chasse et la consommation d'animaux de brousse peuvent également entraîner la contamination. Néanmoins, la cause première des poussées épidémiques reste mystérieuse et le réservoir naturel du virus demeure inconnu même si on estime qu'il se situe dans les forêts tropicales d'Afrique et du Pacifique occidental.
Certaines études montrent que la chauve-souris participerait au cycle de transmission du virus.
Il n'existe aucun traitement ni vaccin spécifiques pour la fièvre hémorragique à virus Ebola.
Plusieurs vaccins sont en cours d'essai mais il faudra peut-être des années avant qu'un vaccin puisse être utilisé, même si des chercheurs américains ont annoncé fin 2011 avoir mis au point un vaccin efficace à 80% chez la souris. Parallèlement un nouveau médicament "prometteur" est en cours d'évaluation en laboratoire, selon l'OMS.
  • - Les manifestations cliniques "classiques" (fièvre, asthénie, anorexie, vomissements, diarrhée, céphalées) ont concerné plus de la moitié des patients tandis que les symptômes hémorragiques sont plus rares. - Le taux de mortalité pour les patients dont on connait l'évolution s'établit à 70,8 % pour l'ensemble des malades et à 64,3 % pour les malades hospitalisés. - Les facteurs de risque de décès sont assez attendus : âge supérieur à 45 ans, nombre de symptômes présents, signes hémorragiques. - La période d'incubation moyenne est de 11,4 jours et est inférieure à 21 jours pour 95 % des patients ce qui justifie la durée recommandée de suivi des sujets contacts fixée à 21 jours. - La durée des symptômes avant hospitalisation, c'est à dire la période où les patients sont susceptibles de transmettre le virus dans la population est en moyenne de 5 jours. - L'intervalle sériel, défini comme le délai entre le début de la maladie pour un cas index et l'apparition des symptômes chez un sujet contaminé par ce patient est en moyenne de 15,3 jours. - La durée moyenne d'hospitalisation avant le décès est de 4,2 jours tandis que dans les cas favorables, le patient quitte le centre de traitement après 11,8 jours en moyenne.
  • Ces deux chiffres sont particulièrement importants pour prévoir les besoins en lits d'hôpital en fonction du nombre estimé de nouveaux cas. A cet égard on estime que 995 patients justifiaient une hospitalisation dans les 3 pays la semaine du 8 au 14 septembre et que ces états ne disposaient à cette date que de 610 lits !
Un temps de doublement entre 15 et 30 jours
Au delà de ces données statiques, le travail des experts de l'OMS permet de mieux comprendre l'évolution actuelle de l'épidémie et de prévoir, avec toutes les restrictions que l'on imagine, son devenir proche.
Sur ces bases épidémiologiques, on peut estimer le temps de doublement de l'épidémie.
Il était au 14 septembre de 15,7 jours en Guinée, de 23,6 jours au Libéria et de 30,2 jours en Sierra Leone.
20 000 cas début novembre et une transmission endémique
A partir de cette "photographie" de l'épidémie au 14 septembre, ces experts estiment que, si les moyens de lutte contre la maladie ne sont pas sensiblement accrus immédiatement, au 2 novembre on comptera plus de 20 000 cas en Afrique de l'Ouest (dont 5 740 en Guinée, 9 890 au Libéria et 5 000 en Sierra Leone).
Pour les mois qui suivront, sauf réaction très énergique de la communauté internationale, l'avenir apparaît très sombre et l'on peut craindre qu'Ebola devienne endémique pour une longue période en Afrique de l'Ouest avec le risque de propagation épidémique à d'autres pays africains et à d'autres continents.

dimanche 28 septembre 2014

Brèves de comptoir

·L'électrochoc n'a pas dit son dernier mot
21-9-2014 - L'adjonction à la clozapine d'un traitement par convulsivothérapie améliore considérablement certains schizophrènes répondant mal à la clozapine seule. suite...
·Bupropion, retour aux sources
21-9-2014 - la FDA autorise la commercialisation aux USA de Contrave*, spécialité pharmaceutique associant le bupropion et la naltrexone avec l'indication traitement de l'obésité. suite...
·Déficience en vitamine D et déclin cognitif.
21-9-2014 - Le risque de présenter une démence ou une maladie d'Alzheimer est 2 fois plus élevé chez les personnes qui avaient quelques années auparavant un faible taux de vitamine D que chez celles qui avaient un taux normal. suite...
·Déficience en vitamine B12 et troubles neuropsychiatriques
21-9-2014 - L'apparition ou l'aggravation de certains troubles neuropsychiatriques, même sans troubles hématologiques, doit faire suspecter une déficience en vitamine B1. suite...
·Utilisation de benzodiazépines et risque ultérieur de maladie d'Alzheimer
21-9-2014 - Les personnes qui ont utilisé des benzodiazépines au long cours ont un risque plus élevé de développer plus tard une maladie d'Alzheimer. suite...
·Moins de glucides ou moins de lipides ?
21-9-2014 - Un régime pauvre en glucides, comparé à un régime pauvre en lipides, entraîne au bout d'un an une perte de poids plus importante, une plus grande diminution de la masse graisseuse. suite...

vendredi 27 juin 2014

Un pour tous ... tous drogués !... La société serait elle malade ?

Chaque Français a consommé en moyenne plus de 48 boîtes de médicaments en 2013.





Les dix médicaments les plus vendus en officine sont dans l'ordre:


le paracétamol,
l'ibuprofène,
la codéine en association,
le tramadol en association,
l'amoxicilline,
le cholécalciférol,
l'acide acetylsalicylique,
la levothyrotoxine sodique,
le phloroglucinol
le paracétamol en association.


Quant aux dix spécialités sous prescription médicale obligatoire les plus vendues, il s'agit:


du Levothyrox,
de l'Uvedose Vitamine D,
de la Lamaline,
du Dafalgan,
de la Methadone,
du Crestor,
de la Pivalone,
du Seresta,
de l'Emla,
du Seroplex.


Le plus vendu est donc un médicament indiqué dans le traitement de l'hypothyroïdie.


Dans cette catégorie de médicaments figurent également des antalgiques de palier II , ainsi que des médicaments du système nerveux, mais aussi du système respiratoire, des vitamines, un hypolipémiant, etc.


La méthadone est classée au 5° rang, mais le rapport de l'ANSM souligne que ce classement est basé sur le nombre de boites vendues alors que « toutes les présentations commercialisées de ce médicament sont des flacons uni dose ».


 En valeur, le classement des produits sous prescription obligatoire est très différent puisqu'on trouve cette fois dans le top ten :


Lucentis,
Humira,
Crestor,
Sérétide,
Enbrel,
Lantus,
Glivec,
Inegy,
Symbicort
Tiuvada.


Le marché des génériques progresse Selon le rapport de l’ANSM, le marché du générique a de nouveau progressé en 2013.
Les génériques ont représenté en effet plus de 15 % du marché en valeur et plus de 30 % en quantité, soit trois fois plus qu'en 2003.
En tête des génériques les plus ven¬dus, l'amoxicilline, avec 39 millions de boîtes vendues et en valeur, l'atorvastatine.




Dr Alain Dorra- le generaliste n°2689 du 27.06.2014

samedi 21 juin 2014

La Levure de Riz Rouge...Un statine à dosage variable qui ne peut être consommée sans suivi médical !

  Levure de riz rouge-Eureka Santé

La levure de riz rouge  est un champignon microscopique, Monascus purpureus.
Elle est riche en amidon, en acides gras, en phytostérols, en isoflavones et en une famille de neuf substances particulières, les monacolines.


Lovastatin3Dan.gif
Après examen des données scientifiques, les autorités de santé européennes, en 2012, ont estimé que ces produits peuvent prétendre contribuer à « maintenir un taux normal de cholestérol LDL » à condition d’apporter une dose quotidienne de monacoline K (Lovastatine) égale à 10 mg.

Les monacolines font partie de la famille des statines, des médicaments prescrits chez les personnes souffrant d’un excès de cholestérol sanguin (voir encadré).


Les statines agissent en bloquant une enzyme qui participe à la synthèse du cholestérol dans l'organisme.
Les personnes qui prennent des statines doivent faire l'objet d'une surveillance médicale régulière.
Lovastatin2DCSD.svg
Selon son origine, la levure de riz rouge contient des quantités variables de monacoline K, connue dans le monde médical sous le nom de Lovastatine (une statine utilisée comme médicament dans certains pays, mais pas en France).
 

Parce qu’elle contient des statines, peu étudiées pour certaines, la levure de riz rouge doit être utilisée avec les mêmes précautions qu’un médicament.


Un suivi médical est indispensable avec un contrôle régulier de l’état du foie, des enzymes musculaires avant et pendant par le biais de prises de sang.


Les éventuels effets indésirables de la levure de riz rouge sont ceux des statines.


Comme les statines, la levure de riz rouge peut augmenter l’action et les effets indésirables de nombreux médicaments .

mercredi 9 avril 2014

Boire du café pour prevenir la maladie d'Alzheimer... à suivre!

Caféine et maladie d’Alzheimer : un lien avec la protéine Tau



Des chercheurs de l'Inserm et de l'Université Lille 2/Université Lille-Nord de France dirigés par David Blum chargé de recherche à l'Inserm fournissent la preuve expérimentale des effets bénéfiques de la caféine dans un modèle animal de la maladie d’Alzheimer.

Ces travaux, réalisés chez la souris et publiés dans la revue Neurobiology of Aging, renforcent l’idée d’un effet protecteur de la caféine sur certaines pathologies cérébrales.

mardi 8 avril 2014

Qu'est-ce qu'un bain d'eau de Javel? Peut-on traiter les symptômes de l'eczéma chronique?

 www.mayoclinic.org


Un bain de blanchiment de l'eczéma  avec une petite quantité d'eau de Javel ajoutée à l'eau  peut aider à diminuer les symptômes de l'eczéma chronique (dermatite atopique), les démangeaisons de la peau.

Une infection bactérienne accompagne souvent l'eczéma qui aggrave  symptômes.
Un bain de blanchiment de l'eczéma est censé  tuer les bactéries sur la peau, réduire les démangeaisons, les rougeurs et desquamation. Ceci est plus efficace lorsqu'il est combiné avec d'autres traitements de l'eczéma, tels que les médicaments et hydratants.

Si elle est correctement dilué et utilisé selon les instructions, un bain de blanchiment est sans danger pour les enfants et les adultes.



Pour de meilleurs résultats:
  • Prendre un bain avec 1 cuillère a soupe d'eau de Javel  pour 20 litres d'eau tiède 
  • Faire tremper les membres et le torse ou seulement les zones touchées de la peau pendant cinq à 10 minutes. Ne pas plonger la tête.
  • La peau doit  sécher 
  •  Appliquez ensuite généreusement une crème hydratante.
  • Ne prenez un bain d'eau de Javel pas plus de deux fois par semaine.
    Un bain d'eau de Javel peut provoquer dessèchement de la peau si trop d'eau de Javel est utilisée . Si votre peau est fissurée ou très sèche, un bain d'eau de Javel - peut être douloureux. Parlez-en à votre médecin avant  de prendre un bain d'eau de Javel pour lutter contre l'eczema l'eczéma.

jeudi 20 mars 2014

Sclérose en plaque et simvastatine



Dans la sclérose en plaques en phase secondaire

La simvastatine à haute dose ralentit la progression de l'atrophie cérébrale
Au cours d'un essai de phase 2, mené chez 140 patients atteints de sclérose en plaques, la simvastatine administrée à la posologie de 80 mg par jour, réduit le taux annualisé d'atrophie cérébrale de 43 % comparativement à un placebo .

The Lancet 19 mars 2014

dimanche 9 mars 2014

Le gouvernement poursuit sa lutte contre le tabagisme

Lutte contre le tabac – Marisol Touraine propose le paquet contenant 4 cigarettes

Marisol Touraine poursuit son offensive contre le tabagisme.
La ministre de la Santé qui juge insuffisantes les hausses du prix du tabac, annonce sur son blog vouloir mettre en place une baisse progressive du nombre de cigarettes contenues dans chaque paquet.
On pourrait donc voir arriver les fameux paquets de quatre cigarettes d’ici la fin de l’année.

Changer les habitudes du fumeur

Outre toucher encore un peu plus les fumeurs au portefeuille, les nouvelles mesures ont aussi, selon Marisol Touraine, l’objectif d’influencer radicalement leur comportement.

La ministre dit vouloir provoquer ainsi un effet de lassitude en obligeant le fumeur à multiplier les allers et venues chez son débitant de tabac.

Mais ces allers-retours à répétition seront tout aussi bénéfiques pour la santé.
« Le fumeur sera également amené à faire plus d’exercices physiques, ce qui retardera les effets à long terme du tabac » peut-on lire sur le blog de la ministre.

Cette réduction du nombre de cigarettes ne serait pas la seule contrainte imaginée par Marisol Touraine pour pousser les fumeurs à décrocher.

La ministre annonce vouloir également obliger les industriels du tabac à réduire la taille des feuilles à rouler afin d’obtenir des cigarettes plus petites.

« Un fumeur peut ainsi envisager de diviser par deux sa consommation s’il est obligé de rouler avec des feuilles deux fois plus courtes » avance-t-elle pour soutenir cette nouvelle mesure.

En outre, des feuilles plus petites rendront l’acte de rouler une cigarette encore plus difficile et fastidieux.

Lassés, de nombreux fumeurs jetteront l’éponge, note la ministre.

Marisol Touraine termine en précisant que malgré la réduction du nombre de cigarettes et la baisse de la longueur des feuilles à rouler, et afin de garder le côté dissuasif, les nouveaux paquets devraient conserver le même prix et ne pas pouvoir échapper aux huit prochaines augmentations initialement prévues par le gouvernement
.

La Rédaction

Brèves de comptoir



Dompéridone, Motilium* et génériques, vers la sortie ? New
2-3-2014 - Il est souhaitable de restreindre l’utilisation de certains médicaments anciens, voire de les retirer du commerce, mais il plus urgent de limiter l’incessante commercialisation de médicaments nouveaux coûteux et pour la plupart sans le moindre intérêt pour le malade. suite...


Le bon paracétamol New
2-3-2014 - Les enfants nés de mères qui ont utilisé du paracétamol pendant la grossesse ont un risque plus élevé d’avoir des troubles de type déficit de l’attention avec hyperactivité ou des troubles hyperkinétiques. suite...



RPL554 , un bronchodilatateur en cours de développement New
2-3-2014 - Le RPL554, est un inhibiteur des phosphodiestérases 3 et 4, PDE3 et PDE4.Administré par voie bronchique le RPL554 a des propriétés bronchodilatatrices et anti-inflammatoires. suite...



Anastrozole pour la prévention du cancer du sein New
2-3-2014 - Chez des femmes ménopausées présentant un haut risque de cancer du sein, le traitement par anastrozole 1 mg par jour comparativement au placebo, pendant 5 ans, a réduit la fréquence des cancers du sein d’environ 50 %. suite...



Uméclidinium et vilantérol, association commercialisée aux USA sous le nom d’Anoro Ellipta New
2-3-2014 - L’uméclidinium est un anticholinergique, animuscarinique, et le vilantérol un agoniste bêta2-adrénergique à longue durée d’action, nouvellement commercialisés aux USA. suite...



Pas de sélénium en prevention du cancer de la prostate New
2-3-2014 - Une supplémentation en sélénium est sans effet sur l’incidence du cancer de la prostate chez les personnes qui ont des faibles teneurs mais augmente le risque chez les personnes qui ont des teneurs normales. suite...



Graines de lin moulues pour réduire l’hypertension artérielle New
2-3-2014 - La consommation de 30 g de graines de lin moulues par jour entraîne comparativement à une préparation placebo un abaissement de la pression artérielle systolique d’environ 10 mm Hg. suite...



Nouvelle Base de données publique des médicaments
30-11-2013 - Le ministère de la santé a mis en place sur Internet sa nouvelle base de données publique des médicaments. On y trouve pour chaque médicament la Fiche info, le RCP et la Notice. suite...



Janssen, amende aux USA pour utilisation hors AMM du Risperdal*
30-11-2013 - La FDA annonce qu'une amende a été infligée au Laboratoire Janssen pour avoir poussé à la prescription de Risperdal*, dans des indications non retenues par elle. suite...



Olanzapine retard injectable, danger ?
30-11-2013 - La FDA a publié une note concernant le décès de 2 malades dans les 3 ou 4 jours suivant une injection intramusculaire d'olanzapine retard... suite...



Huile d’olive et diabète de type 2 New
2-3-2014 - Par rapport au régime standard, le régime méditerranéen enrichi en huile d’olive a réduit l’incidence du diabète de 40 % et le régime méditerranéen enrichi en noix d’environ 20%.
suite...



Métréleptine, metreleptin, Myalept aux USA, analogue de la leptine New
2-3-2014 - La FDA annonce l’autorisation de commercialisation aux USA de la métréleptine sous le nom de Myalept pour traiter les complications de la déficience en leptine chez des malades présentant une lipodystrophie généralisée.
suite...



Prégabalin (prégabaline) ou pramipexole dans le syndrome des jambes sans repos New
2-3-2014 - Dans cette étude il y avait un groupe placebo mais les auteurs ont pris la précaution de l’arrêter au bout de 3 mois alors que l’étude durait un an.
suite...



Droxidopa, Northera aux USA, traitement de l’hypotension orthostatique neurogénique New
2-3-2014 - La droxidopa vient d’obtenir de la FDA son autorisation de commercialisation sous le nom de Northera avec l’indication traitement de l’hypotension orthostatique neurogénique.
suite...



Incidence du diabète et statines New
2-3-2014 - Les diurétiques ont augmenté de 23 % le risque de diabète ce qui correspondrait à 1 cas de diabète supplémentaire pour 17 cas traités) et les statines de 32 %,(ce qui correspondrait à 1 cas de diabète supplémentaire pour 12 cas traités).
suite...



Traitement des hommes âgés par testostérone et risques cardiovasculaires New
2-3-2014 - Chez des hommes âgés de plus de 65 ans ou plus jeunes mais avec facteurs de risque cardiovasculaire un traitement par testostérone double le risque d’infarctus du myocarde.
suite...



Collagénase de Clostridium histolyticum, Xiaflex, dans la maladie de La Peyronie New
2-3-2014 - La FDA a accordé une nouvelle indication à Xiaflex, la maladie de La Peyronie qui consiste en un épaississement fibreux localisé dans une partie du pénis provoquant une déviation lors de l’érection.
suite...



Vortioxétine, Brintellix*, nouvel antidépresseur aux Etats-Unis.
30-11-2013 - La FDA a accordé l'autorisation de commercialisation de la vortioxétine aux USA comme antidépresseur sous le nom de Brintellix*. suite...



Délivrance à l'unité, une nouvelle recette pour faire des économies !
30-11-2013 - Le pharmacien conditionnerait lui-même à partir de sa réserve, des boîtes contenant le nombre exact d'unités prescrites par le médecin... suite...



Aflibercept, Eylea*, en injection intravitréenne dans la DMLA
30-11-2013 - L'aflibercept est commercialisé en France sous le nom de Eylea* en injection intravitréenne dans le traitement de la DMLA, Dégénérescence Maculaire Lié à l'Age. suite...


dimanche 16 février 2014

Insomnie : Conseils pour mieux dormir et avoir un meilleur sommeil



 Quand compter les moutons ne suffit plus !

Maintenir des activités régulières
  • Se lever et se coucher  à des heures régulières, même le weekend
  • Le réveil doit être dynamique pour bien éveiller son corps : lumière forte, exercices d'étirement, petit déjeuner complet.
  • L'exercice physique modéré de la journée contribue  à limiter les manifestations anxieuses  ou les troubles d'humeur et favorise l'endormissement .
  • Certaines personnes répartissent leur sommeil au cours de la journée. Si elle est possible et qu'elle ne dépasse pas une vingtaine de minutes, une sieste peut être une bonne solution pour compenser des troubles du sommeil nocturne. ( Attention cependant à ce qu'elle n'en soit pas la cause !)
    En fermant les yeux 5 à 20 minutes en relâchant le corps, le sommeil vient rapidement si le besoin est là. Une sieste permet de maintenir la vigilance le reste de la journée
  • Eviter l'activité physique le soir.
S'exposer à la lumière
  • Lumière naturelle le matin en ouvrant les volets de la chambre, surtout si la personn est alitée.
  • Réaliser des sorties à l'extérieur si possible.
  • Certaines méthodes peuvent aider à retrouver un sommeil confortable :la photothérapie par exemple pourrait aider à retrouver un rythme biologique veille /sommeil, en particulier en hiver ou dans les appartements non éclairés.
Une alimentation et des habitudes saines
  • Prendre des repas à heure régulière.
  • Privilégier des repas légers en soirée, au moins 2 heures avant le coucher,(Une digestion difficile contrarie le sommeil, alors évitez les dîners lourds avant de filer au lit )
  • Privilégier les aliments à base de glucides lents (pommes de terre, riz, pain, pâtes), qui favorisent le sommeil car ils permettent une meilleure régulation des apports tout au long de la nuit. Les produits laitiers sont également conseillés le soir(Ils contiennent du tryptophane, substance à partir de laquelle est fabriquée la sérotonine,hormone de la tranquillité et de l'endormissement). Eviter les fritures et les graisses cuites.Eviter les protéines, elles peuvent provoquer une concentration sanguine plus élevée de tyrosine, un acide aminé qui sert à la fabrication de la dopamine, un neurotransmetteur associé à l’activité motrice et à l’agressivité.
  • Mieux vaut ne pas manquer le repas du soir sous peine de risquer une fringale en seconde moitié de nuit.
  • Eviter les excitants après le début d'après midi (café ,thé, alcool, vitamine C ,Coca-Cola,tabac ...)La nicotine retarde l'endormissement, augmente les réveils nocturnes et rend le sommeil plus léger. L'alcool favorise l'instabilité du sommeil avec des éveils nocturnes fréquents. De plus, c'est un facteur aggravant des problèmes respiratoires nocturnes, comme l'apnée ou les ronflements.
  • Eviter de regarder un écran d'ordinateur avant d'aller se coucher .
  • Eviter un travail intellectuel juste avant le sommeil. La lumière vive, le travail ou les jeux sur ordinateur entraînent des difficultés d'endormissement. Au moins 30 minutes avant le sommeil, réserver une période de calme et de relaxation.  Un bain tiède, un bon livre, une musique zen, télévision,  dessin, etc. Instaurer son propre rituel d'endormissement permet de s'endormir en douceur, naturellement.
  • Ne pas lutter contre les signes tels que les bâillements et les paupières lourdes, que l'organisme nous envoie lorsqu'il est temps d'aller au lit.
Une chambre respectant certains requis
  • Une chambre, aérée et  tempérée entre 18°C et 20 °C.
  • Faire l'obscurité dans la chambre, qui favorise le sommeil profond. L'hormone du sommeil, la mélatonine, est secrétée dans l'obscurité. Prendre soin de sa literie et la changer régulièrement. Le lit ,confortable, doit être un espace exclusivement réservé au sommeil, à l'exception de l'activité sexuelle.
  • Eviter de regarder la télévision  au lit, de travailler ou de manger au lit.
  • Pour les personnes alitées qui ont souvent la télévision dans la chambre, trouver une position pour la regarder dans une autre position que couché (position assise dans un fauteuil, demi-assise dans le lit...)

Prendre le temps de s'endormir
  • Enfin, mieux vaut identifier son besoin de sommeil et adapter son rythme de vie en conséquence.
  • Ne pas lutter contre les signes tels que les bâillements et les paupières lourdes, que l'organisme nous envoie lorsqu'il est temps d'aller au lit.
  • Si après 15 minutes, le sommeil ne vient pas et que son attente est pénible, il est préférable de se lever et de pratiquer une activité calme(lecture par exemple).
  • Le besoin de sommeil reviendra au prochain cycle.(Le sommeil est constitué d'une succession de cycles, qui s'enchaînent tout au long de la nuit)
  • En cas de difficulté à s'endormir, un agenda du sommeil peut permettre d'observer son rythme.
Traitement
  • Les remèdes de grand-mère contre les insomnies ont parfois du bon pour mieux dormir.
  • Une boisson chaude telle qu'une tisane ou un bol de lait et un bain tiède ont une action relaxante.
  • Les tisanes de plantes aux vertus sédatives (tilleul, camomille, valériane, par exemple) peuvent aider à lutter contre l'insomnie passagère.
  • L'aubépine est réputée pour réguler le rythme cardiaque, calmer les palpitations et favoriser l'endormissement des personnes nerveuses.
  • La passiflore, qui agirait contre l'anxiété, pourrait éviter les réveils trop matinaux. 
 Si rien n'y fait
  • Si malgré toutes ces bonnes habitudes votre sommeil reste difficile et que vous en ressentez les conséquences au quotidien (somnolence au volant, troubles de l’attention, irritabilité…) il est peut-être temps de consulter votre médecin traitant qui pourra éventuellement vous aiguiller vers un traitement adapté.

Valeur du site

Ce site est un condensé d'informations utiles à l'usage professionnel de l'auteur .

L'auteur se dégage de toutes résponsabilités concernant l'utilisation des informations publiées sur ce site.